Ubu amendementeur 1

Soyez réalistes, demandez l’inadmissible… pour faire passer moins gros mais tout aussi scandaleux ?

On se le demande avec cet amendement de Frédéric Lefebvre, député des Hauts de Seine et porte-parole (et quelle parole !) de l’UMP,  qui voudrait bien remettre au turbin ces feignasses de malades longue durée, ces à peine accouchées qui grasse matinent allègrement car tout le monde le sait, surtout les députés, un nouveau-né ça vous laisse des heures et des heures vides qu’on se demande bien comment remplir… et pourquoi ne pas remettre en selle aussi tous ces vieux dans leur hospice qui tuent le temps à jouer à touche-sonotone, surtout si ce sont des parasites à la Jeanne Calment qui pousseront le rouet à ne clamser qu’à 120 années sonnées (soit la moitié de leur vie à la charge de la Sécu !!). En voilà un de Freddy qui devrait faire équipe avec les scientologues, en unissant leurs efforts ils vous extorqueraient et vous feraient pointer leur propre mère sur son lit de mort…

En entendant cette nouvelle, j’ai imaginé le genre de dialogue surréaliste auquel on aurait droit si un tel amendement venait à passer. Imaginez Zézette, secrétaire, en arrêt maladie longue durée, que son chef de service, Jean Travolta, appellerait un lundi matin :

          Bonjour Zézette, vous allez bien ?

          On fait aller… j’entame une sixième chimio mais les médecins ont bon espoir, tant qu’il y a de la vie, y a de…

          Bien, bien… dites moi Zézette, vous avez un ordinateur chez vous? non ? On vous installe celui de votre bureau, bougez pas !

          Vous avez la main droite dans le plâtre ? Tapez avec la gauche !

          Le bras gauche coupé ? Tapez avec les pieds !

          Vous êtes cul de jatte ? Utilisez un dictaphone !

          Aphone ? Utilisez un logiciel qui marche avec les yeux !

          Ah bon vous êtes morte ? Bougez pas ! On vous va vous installer la wifi dans votre caveau… comme ça, vous pourrez télécharger le dernier rapport d’activité à envoyer aux membres de notre CA depuis le Paradis… ou l’enfer hein qui sait quelle vie vous avez menée ici bas ma coquine ah ah! Et n’oubliez pas de régler votre package de séances de communication et de réparation de vie !

Ou cet autre dialogue entre le responsable des achats chez Personnal development, monsieur Thomas Croisière, et madame Michu, nonagénaire, pensionnaire des Lilas roses, à Villeneuve la Garenne.

          Madame Michu, bougez pas, on vous envoie les bons de commandes pour les électromètres, plein de ventes ce mois ci ! vous allez pouvoir toutes les saisir par mail !

          Melle ? C’est qui celle là ?

          Le mail, madame Michu, internet, le courrier électronique, l’ordinateur !

          Comment ça ma sœur ? Je vous prie bien de ne pas mêler ma sœur à vos histoires !

          Bon, un coursier vous les apporte, ces bons de commande, vous les saisirez sur le vieux minitel qu’on a conservé de votre jeunesse…

          A la messe ? Que voulez-vous que j’aille faire à la messe ? J’ai 72 années d’adhésion au PC derrière moi !

Même chose avec une jeune accouchée de six semaines, saisissant les dites factures sur fond de nouveau né sonore ou bien arrimé à son sein gauche, car étant droitière, le petit serait condamné à ne téter que ce sein là les heures ouvrables.

Comme certains l’ont supposé, c’est si gros que l’on se demande quel train ce train là peut-il bien cacher. Travail le dimanche, bidouille genre RSA, ou mic mac sur les mensualités chômeurs longue durée… En tout cas, j’ai lu qu’en Suisse, une salariée aurait été licenciée pour avoir surfé sur facebook pendant son congé maladie, le pire étant qu’un mystérieux contact l’y aurait invitée et aurait disparu aussitôt son licenciement acté. La licenciée pense à un mouchard dans sa boîte, qui se serait fait passer pour un ami face bookien, mais de toute façon, nous serons d’accord pour dire que le problème n’est pas là, on peut encore consulter facebook même malade (il faut même parfois être malade pour utiliser ce genre de site comme le font certains) sans devoir se justifier comme cette malheureuse l’a fait en arguant qu’elle l’avait consulté depuis un ordinateur portable et donc, de son lit. Seigneur, ne passez pas l’aspirateur pendant votre congé maladie, dès fois que la Sécu ne vienne écouter à votre porte, ou qu’un voisin, la nuit, ne vous dénonce si vous pensiez vous en tirer à si bon compte en chassant clandestinement la poussière à 2 h 00 du matin.

Allez une dernière de Freddy pour la route… son amendement aurait entre autre ambition généreuse mais hélas visiblement mal comprise, de permettre aux malades ou à la jeune accouchée de maintenir le lien social avec son entreprise (un peu comme Sarko qui regrettait que les femmes en congé parental soient ainsi coupées du monde du travail). J’imagine combien cette délicate attention a touché les usagers des unités de soins palliatifs, les grands dépressifs, les cloués au lit du genre humain, ou, plus gai, les femmes en congé maternité qui trouvaient si interminable ces 10 semaines à passer avec ce mouflet porté pendant 37 autres que si ça se trouve, elles bossaient déjà sous le manteau… 

One comment on “Ubu amendementeur

  1. Reply Whitewoman Mai 29, 2009 22:15

    Y\’en a qui pensent mettre les malades au boulot, pis y\’a les flics bordelais qui :
    – arrêtent les cyclistes qui ont bu 1 verre de trop et les font passer la nuit au gnouf
    – arrêtent à la sortie de l\’école des mômes de 6 et 10 ans pour les interroger rapport à un vélo peut-être pas à eux
    Voilà, c\’est juste au cas où ces nouvelles réjouissantes d\’une province civilisée t\’auraient échappées.

Leave a Reply